Ballet Nice Méditerranée : des alertes pour tout cas de harcèlement et de discrimination mis en place

Une danseuse du Ballet Nice Méditerranée avait au printemps dernier porté plainte pour discrimination. Une affaire qui mettait alors au jour des conditions difficile pour ces artistes. Le maire avait alors saisit l’inspection générale des services. « Elle a conclu qu’il n’y avait ni délit (de harcèlement), ni faute professionnelle », selon Lauriano Azinheirina, directeur général des services.

  • Une danseuse poursuit le directeur du ballet de Nice pour discrimination après sa grossesse 

La ville qui gère en régie municipale l’Opéra de Nice dont dépend le ballet, a décidé de prendre des mesures correctives sur la gestion du corps de ballet.

Parmi elles figure « l’accompagnement administratif et l’accompagnement médico-professionnel, notamment par un médecin du sport », a détaillé à l’AFP Lauriano Azinheirina.

Un formulaire d’alerte pour signaler, le cas échéant, tout cas de harcèlement, est aussi entré en vigueur.
 

Suite de la plainte 

Evincée, Gaëla Pujol est partie vivre à Marseille après avoir échoué à entrer au ballet de Madrid à un rang de simple de danseuse. « On lui a préféré des jeunes femmes. Pour elle la danse c’est fini », indique son avocate, Me Sylvie Topaloff qui a dû déposer une constitution de partie civile pour obtenir du parquet de Nice l’ouverture d’une information judiciaire.

Mme Pujol a été entendue par un juge d’instruction fin septembre. M. Vu-An n’a pas souhaité s’exprimer sur ces dossiers. – Avec AFP
 

    source France TV

Laisser un commentaire