Dans le Var, la traditionnelle culture des blettes a commencé

« On enlève les premières feuilles… et on laisse les jeunes pousses, qui vont repartir. » explique Jean-Antoine Venel. Le maraîcher de Solliès-Pont, dans le pays varrois, fait pousser de la blette sous 3 000 m² de serre. Il cueille à la main ces jeunes pousses pour la première fois de la saison, en ce milieu du mois de novembre. Dans un mois, il recommencera, et ce jusqu’à fin avril

Une production que Jean-Antoine va confier à la coopérative agricole de sa commune. Une première, comme il l’explique dans notre reportage: « C’est plus facile pour moi, avec la culture du produit, on n’a pas trop le temps de commercialiser. Donc la coopérative qui s’occupe de la commercialisation, pour moi c’est un avantage énorme. Surtout pour l’hiver, la production de blettes c’est ce qui fait rentrer de l’argent sur l’exploitation. Sinon c’est une saison difficile. »
 

[embedded content]

C’est l’un des cinq producteurs qui jouent le jeu pour la nouvelle filière de la coopérative Copsolfruit. Tous les jours, il emmène sa récolte sur une nouvelle ligne de tri, qui a pris le relais des lignes de figue de l’été

« C’est une activité que nous avons démarré il y a trois ans, relate le directeur de la coopérative de Solliès-Pont, Nicolas Chauvin. La coopérative avait le souhait d’avoir une activité plus étendue sur l’année. La saison de blettes commence après la saison des figues, début novembre, pour s’achever fin avril. On fait entre 120 et 150 tonnes. » 

Les blettes sont conditionnées par bottes de 1kg, lavées, et emballées, pour les grossistes ou les grandes surfaces. La région est à l’origine de 36% de la production française.

À vos fourneaux : soupe, gratins, tarte ou encore lasagne, tout se fait avec de la blette et surtout, tout se mange dans la blette. Ce légume est très pauvre en calorie mais riche en vitamines.

    source France TV

Laisser un commentaire