Mercantour : berger, un métier de passion

C’est dans une baraque un peu défraîchie de 30 mètres carrés près de Roubion qu’ils vivent leur rêve de nature et d’indépendance. De jeunes éleveurs et et de jolies bergères courageuses et amoureuses de l’univers des pâturages.
 

[embedded content]

C’est le cas de Gwen Lavermhe, originaire de Lozère, qui a signé un contrat de 4 mois avec l’éleveur.
Elle gagne 1700 Euros net mensuel pour chaperonner seule 800 bêtes puis le double dans quelques jours.Un beau jour, Gwen a dû radicalement changer de vie et elle a choisi la montagne pour ce nouveau départ

« Je m’occupais d’enfants mais je suis devenue sourde nous dit-elle. Ce handicap a modifié mon parcours de vie et la montagne, ça m’a tout de suite plut ».
 

Elle est sur le pont 7 jours sur 7, 24 heures sur 24.

Avec le temps, Gwen a appris à vivre seule, bercée par le bêlement des moutons et des bruissements du vent dans les herbes hautes, et de la compagnie des chiens.
Cette bergère courageuse ne craint ni la solitude, ni même le loup qu’elle croise parfois.
 

    source France TV

Laisser un commentaire