Sourde durant 20 ans, Laura a retrouvé l’audition grâce à un implant cochléaire : « c’est une renaissance »

« Baisse le son ». Sur le canapé du salon, où elle regarde désormais en couple la télé, Laura est celle « qui trouve toujours que c’est trop fort ». « Avant, explique Clément, son mari, on devait mettre le son à fond, c’était insupportable. Maintenant, elle veut tellement que je baisse, que je n’entends plus rien ». Non sans humour, ce couple de Saint-Laurent-du-Var dans les Alpes-Maritimes partage la joie d’une harmonie retrouvée.

J’entends les oiseaux!, Laura

Car pendant vingt ans, Laura Ferro était murée dans le monde du silence. Une pathologie avait altéré son audition au point qu’elle n’entendait plus rien ou presque. « Cela occasionnait des tensions », reconnaît cette femme dynamique de 53 ans. Et les inconvénients étaient nombreux pour elle : perte d’emploi, de vie sociale…
 

Laura Ferro a été opérée en octobre 2018 à l’Institut universitaire de la face et du cou, par le Dr Nicolas Guevara. Poser un implant sur la cochlée (organe minuscule de l’oreille transmettant le son au nerf auditif) est une opération délicate. « Et ce n’est pas miraculeux non plus, il faut faire des réglages pour que ça marche bien » précise le Dr Guévara avec prudence. Mais le plus souvent, cela redonne une audition normale aux patients.

Celui-ci a réalisé une opération innovante le 27 mai dernier, à l’IUFC. Le Dr Nicolas Guevara est responsable du centre d'implantation à l'Institut de la face et du cou au sein du CHU de Nice. Trente opérations y sont réalisées chaque année. / © Séverine Neuquelman / France 3 Côte d'Azur

Le Dr Nicolas Guevara est responsable du centre d'implantation à l'Institut de la face et du cou au sein du CHU de Nice. Trente opérations y sont réalisées chaque année. / © Séverine Neuquelman / France 3 Côte d'Azur

Le Dr Nicolas Guevara est responsable du centre d’implantation à l’Institut de la face et du cou au sein du CHU de Nice. Trente opérations y sont réalisées chaque année. / © Séverine Neuquelman / France 3 Côte d’Azur En coopération avec l’INRIA et l’entreprise azuréenne Oticon, il a pu modéliser la cochlée de deux patients pour insérer l’implant avec le moins de dégâts possible. Cela permettra également d’avoir une analyse plus fine au moment des réglages des électrodes, en phase post-opératoire. Modélisation d'un des patients opérés le 27 mai 2019. Chaque personne a une cochlée dont la forme et le volume sont différents. / © CHU Nice

Modélisation d'un des patients opérés le 27 mai 2019. Chaque personne a une cochlée dont la forme et le volume sont différents. / © CHU Nice

Modélisation d’un des patients opérés le 27 mai 2019. Chaque personne a une cochlée dont la forme et le volume sont différents. / © CHU Nice

Le Dr Guevara explique la portée de cette modélisation numérique
Modéliser la cochlée permet d’avoir la « carte » de la cochlée et mieux régler le son après l’implantation

« Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions, mais cela peut être un progrès important« , précise Nicolas Guevara.
En effet, certains patients ont des surdité sévères, mais ils entendent encore un tout petit peu. La pose de l’implant peut parfois endommager la cochlée. Ces patients-là perdent alors toute audition naturelle. Lorsqu’ils retirent leur appareil auditif (ce qui est fréquent dans la vie de tous les jours), ils n’entendent plus rien du tout. C’est un choc pour eux.

Des publications scientifiques en cours

Les deux patients ayant bénéficié de l’implantation avec modélisation cochléenne sont dans la phase post-opératoire. Ils vont bien, mais il faudra attendre plusieurs mois pour déterminer si le mode opératoire innovant se révèle positif ou peu intéressant.
En attendant, les équipes scientifiques du CHU de Nice et de l’INRIA préparent des publications, pour faire connaître au monde médical leur prouesse. Modéliser une cochlée, revient à modéliser un escargot mesurant sept millimètres de diamètre.  L'implant cochléaire est constitué d'une partie externe (derrière l'oreille) et d'une partie interne avec un câble muni d'électrode qui doit pénétrer dans la cochlée / © CHU Nice

L'implant cochléaire est constitué d'une partie externe (derrière l'oreille) et d'une partie interne avec un câble muni d'électrode qui doit pénétrer dans la cochlée / © CHU Nice

L’implant cochléaire est constitué d’une partie externe (derrière l’oreille) et d’une partie interne avec un câble muni d’électrode qui doit pénétrer dans la cochlée / © CHU Nice
     source France TV

Laisser un commentaire