Condamnée à 22 ans de réclusion à Nice, Patricia Dagorn, « la veuve noire », comparaît en appel ce jeudi à Aix-en-Provence

On l’appelle « la veuve noire », ou encore « la diabolique ». Patricia Dagorn, 58 ans, est accusée d’avoir escroqué sur la Côte d’Azur des veufs dont deux sont décédés en 2011. Poursuivie pour assassinat, empoisonnement et administration de substances nuisibles, elle devra en répondre en appel dès ce jeudi devant la cour d’assises des Bouches-du-Rhône. En première instance, la cour d’assises des Alpes-Martimes l’avait condamnée à 22 ans de prison, à l’issue d’un procès qui s’est tenu il y a un an très exactement.
 

Un procès, et une accusée qui nie les faits

Le Valium, c'est la substance qu'aurait administrée Patricia Dagorn à de vieux messieurs. / © France 3 Côte d'Azur

Le Valium, c'est la substance qu'aurait administrée Patricia Dagorn à de vieux messieurs. / © France 3 Côte d'Azur

Le Valium, c’est la substance qu’aurait administrée Patricia Dagorn à de vieux messieurs. / © France 3 Côte d’Azur
Pendant le procès, Patricia Dagorn a nié toute responsabilité dans l’assassinat de deux hommes, un SDF avec lequel elle partageait des nuits d’hôtel et un maçon à la retraite, et l’empoisonnement au Valium de deux autres octogénaires, dans les années 2010 et 2011.
Pour l’accusation, ces empoisonnements, commis sur la Côte d’Azur où elle était venue s’installer peu de temps auparavant, n’ avaient qu’un objectif : escroquer les victimes en volant leurs biens ou en captant leur héritage
 

Des agences matrimoniales

  Patricia Dagorn, avant son départ en prison. / © DR

Patricia Dagorn, avant son départ en prison. / © DR

Patricia Dagorn, avant son départ en prison. / © DR
Pour entrer en contact avec ses victimes supposées, Patricia Dagorn faisait appel aux services de différentes agences matrimoniales, indiquant vouloir rencontrer des hommes de 50 à 80 ans ou plus. Lors du procès à Nice, deux victimes les qui ont survécu avaient raconté leur empoisonnement et les stratagèmes de la « Veuve noire », décrite par un expert comme obsédée par l’argent.
Pour ces empoisonnements avec préméditation, par deux fois mortels, Patricia Dagorn encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Le procès est prévu jusqu’au 15 janvier.

-AVEC L’AFP –

    source France TV

Laisser un commentaire