Marseille : le procès d’un cycliste tabassé repoussé à une autre date

Un cycliste qui se fait rouer de coups à Marseille, cela n’est même plus rare. Aussi, le procès de Cyril Pimentel tabassé en juillet en dernier lors du passage du Tour de France à Marseille, pourrait servir la cause collective de ceux qui tentent de rouler sur les maigres pistes cyclables que compte la ville. 
 

Des tables sur la piste cyclable

Le 22 juillet dernier, Cyril Pimentier, salarié du collectif « Vélos en ville », doit se rendre au Vélodrome pour y tenir un stand. 
Il y va en bicyclette, mais arrivé à hauteur du rond-point du Prado, il voit qu’un snack a placé sa terrasse sur la piste cyclable.
Comme il a l’habitude de le faire pour le collectif, il prend des photos. Elles ne doivent pas être publiées, mais servent de base de travail pour les rapports entre son employeur et la mairie.
Mais alors qu’il est prêt à repartir, il se fait agresser.

Je n’ai pas eu le temps de ranger mon téléphone que deux personnes sont arrivées par derrière et m’ont roué de coups, jusqu’à ce que je m’échappe 

explique Cyril Pimentel. Ce dernier se rend aux urgences, blessé notamment aux cervicales.I Il en ressortira avec une journée d’ITT et une minerve.
Des
Les deux agresseurs devaient comparaître ce matin devant le tribunal correctionnel de Marseille pour violences volontaires avec incapacité de travail (ITT) inférieure à huit jours. Mais les magistrats n’ont pu consulter le dossier à l’avance et l’audience a été reportée au 28 février prochain.
 

Difficile de faire du vélo à Marseille

Malgré le report de l’audience, ce procès est attendu par le petit monde des utilisateurs de bicyclettes et de trottinettes. 
Le collectif « Vélos en ville » qui s’est porté partie civile dénonce des agressions de plus en plus fréquentes contre les cyclistes à Marseille. Sur son site, le collectif explique sa position :
« Dans notre association, il ne se passe pas une journée sans que l’on nous raconte les péripéties de la pratique du vélo à Marseille. Slalom entre les terrasses de bar implantées sur les pistes cyclables du Bd Chave ou du Prado, ou entre les voitures garées sur la quasi totalité des pistes ou bandes cyclables de Marseille, à commencer par le Bd Longchamp (…)

Et si vous en réchappez et qu’il vous vient à l’esprit de manifester votre mécontentement, vous irez sans doute tout droit là où vous auriez dû aller, c’est à dire à l’hôpital.

Car on apprécie moyennement à Marseille que l’on vous dise que vous vous êtes mal comporté, a fortiori avec un véhicule« .

Ce matin, plaignants et prévenus étaient mécontents de s’être déplacés pour rien au Palais de justice. Au passage, l’un des prévenus n’a pas apprécié la présence de notre cameramen et lui a porté un coup de tête au visage. Notre confrère a décidé de porter plainte. 
 

    source France TV

Laisser un commentaire